Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SVK Tour

Argentina nous voilà !

25 Septembre 2013, 18:02pm

Publié par Sandie & Slava

Humahuaca, le 1er et 2 août

 

Sans trop de soucis, nous voilà de retour dans cette « magnifique » ville de Uyuni en Bolivie ! En effet, si vous avez suivi les épisodes précédents, nous n’avons pas pu entrer en Argentine depuis le Chili. La frontière avait du mal à rouvrir ses portes…

 

A peine arrivés, nous achetons nos billets pour un bus de nuit direction Villazon, ville frontière avec l’Argentine puis nous passons l’après-midi entre le cyber-café, la laverie et le marché.

 

La nuit tombe et nous embarquons dans le bus. Bien pourri, mais nous avons l’habitude… C’est parti pour plus de 7 heures de piste bien pourrie jusqu’à Tupiza. Bus pourri plus piste pourrie égale nuit vraiment pourrie !!! Bref nous arrivons tant bien que mal à Tupiza. Je vous passe l’épisode du changement de roue crevée, sur un pont au milieu de nulle part à 1 heure du matin :).

Ouf, c’est terminé pour la piste ! Environ deux heures séparent Tupiza de Villazon et la route est asphaltée ! C’est donc vers 5h30 du matin que nous arrivons dans cette petite ville frontière.

La bus a eu à peine le temps de s’arrêter que des rabatteurs pénètrent à l’intérieur en gueulant « Salta, Salta ». Ola, ola, les gars on se calme ! On vient de passer une de nos pires nuits du voyage alors on se détend. Certains n’ont pas du saisir le sens de « laisser-nous respirer deux secondes » alors il a fallu sortir les gros yeux pour que ça se dégonfle un peu.

 

En fait, les rabatteurs travaillent pour des compagnies de bus qui proposent des trajets directs vers Salta en Argentine (à environ 380km de la frontière) et c’est ce que la plupart des gens font. C’est bien dommage car avant d’arriver à Salta, il y a, sur la route, plein de petits villages qui valent vraiment la peine d’être visités. Il est vrai qu’il est possible, au travers d’une agence de Salta, de revenir sur les lieux mais ce n’est vraiment pas pareil.

 

Nous prenons quelques minutes pour boucler notre prochaine étape. Ce ne sera pas Salta mais Humahuaca à 160km de Villazon. Nous retournons voir un des rabatteurs et lui demandons le prix du billet pour Humahuaca. Il nous annonce un tarif quasiment identique que celui pour Salta alors qu’on fait deux fois moins de kilomètres. Ca sent l’embrouille tout ça… On fait le tour des agences et on tombe sur un gars honnête (certainement un des seuls du coin). Il nous conseille de traverser la frontière à pieds et de prendre le bus côté Argentin. Et nous qui pensions que le poste de frontière était loin …

 

Bref, on se met en route et au bout de 15-20 minutes de marche nous y sommes. Tout se passe parfaitement bien. Nous voici en Argentine ! Une fois de l’autre côté, à Quiaca, un panneau annonce la couleur. Il affiche la distance qui nous sépare du bout du monde : Ushuaia 5121km ! L’argentine, c’est grand ! :)

L'Argentine c'est grand

L'Argentine c'est grand

Nous marchons encore 15 minutes et nous arrivons au terminal de bus. On demande le prix pour Humahuaca et là on nous annonce un prix deux fois moins cher que de l’autre côté… trop forts ces Boliviens et jusqu’au bout !

Vous l’aurez compris, si vous avez 30 minutes de rab, il est possible de passer la frontière un peu différemment et c’est plus sympa. D’ailleurs, si vous avez de l'argent à changer, faites-le côté Bolivien juste avant la frontière. Car côté Argentin, il n’y a rien avant Salta !

 

En un peu moins de 3 heures, nous arrivons à destination. Il s’agit d’un petit village, coincé entre les montagnes, qui semble bien tranquille. Nous nous mettons à la recherche d’un hôtel et là, ça se complique. Les prix annoncés sont environ deux fois plus élevés que ceux indiqués par notre guide (pourtant mis à jour en 2013). Nous savions que l’inflation en Argentine était très importante mais quand même. Un des gars de l’hôtel nous a même dit que les prix augmentaient … tous les mois ! Sympa non ?!?

 

On sèche nos larmes et on continue à chercher. On finira par trouver un endroit très sympa, pas très loin du terminal de bus, pour 170 pesos la nuit (22€). Il s’agit d’une grande chambre avec salle de bain privée. Nous avons également une grande cuisine à notre disposition. Ce dernier critère deviendra par la suite notre exigence numéro un. Autant, dans les autres pays visités on pouvait se permettre de manger au restaurant tous les jours, autant en Argentine c’est bien plus compliqué. Si en Bolivie ou au Pérou, on pouvait manger pour moins de 2€ par personne, ici c’est 5 ou 6 fois plus cher. Evidemment, ramené à des prix de restaurants Français, ça peut faire sourire mais dans un budget tour du monde, ça compte énormément. Voilà, c’est dit, en Argentine, on cuisinera ! :)

 

Autres faits marquants, nous avons un chauffage dans la chambre ! Chose inimaginable en Bolivie par exemple … et de l’eau chaude 24h sur 24. Ça fait vraiment plaisir d’avoir un peu de confort.

 

Une fois nos marques prises, nous allons nous balader et grimpons jusqu’ à un mirador afin d’avoir une vue globale sur la ville et les montagnes environnantes. La vue est plutôt sympathique malgré les rafales de vent qui génèrent parfois des mini-tempêtes de sable.

Vue depuis le mirador
Vue depuis le mirador

Vue depuis le mirador

La tempête de sable sur la ville

La tempête de sable sur la ville

Nous redescendons et parcourons le centre-ville bien agréable.

Au centre ville
Au centre ville
Au centre ville

Au centre ville

Le lendemain, nous nous laissons tenter par la visite d’Iruya, un village décrit par notre guide comme étant « du bout du monde ». Qui dit bout du monde, dit difficile d’accès, aussi, pas moins de 3 heures de bus sont nécessaires pour s’y rendre. Par la route asphaltée dans un premier temps puis par une piste en assez bon état.

 

La route, quant à elle, était décrite comme exceptionnelle par le guide mais nous ne sommes pas de cet avis. Seuls les paysages aperçus sur la dernière demi-heure de trajet valent le coup.

 

Quoi qu’il en soit, nous voilà rendus au « bout du monde » ou presque … Nous sommes rapidement surpris par les infrastructures du village qui, à notre avis, dépassent parfois celles de Humahuaca. Enormément d’hôtels et d’hébergements de tous types. Des restaurants, des cyber-cafés … bref, le tourisme tourne à plein régime. Malgré tout, les paysages sont captivants.

Iruya, village du bout du monde
Iruya, village du bout du monde
Iruya, village du bout du monde
Iruya, village du bout du monde
Iruya, village du bout du monde
Iruya, village du bout du monde

Iruya, village du bout du monde

La visite sera de courte durée puisque le dernier bus retour qui devait quitter le village à 15h partira, à notre grande surprise, à 14h. On nous explique que nous sommes en basse saison et il y a moins de fréquentation. Ce n’est pas ce que l’on nous avait dit au terminal de bus… enfin, on a dû mal comprendre, n’est-ce pas ?  :)

 

Nous sommes de retour vers 17h un peu déçus du voyage. Le village est sympa mais n’est pas non plus incontournable d’autant plus que nous y avons passé à peine deux heures pour six de bus ! Pour couronner le tout, le ticket aller-retour n’est pas non plus donné : 80 pesos par personne (11€).

 

Première étape en Argentine un peu mitigée, les paysages sont sympas mais pas exceptionnels. Rappelons quand même que nous venons de boucler le trek du salar de Uyuni il y a moins de 2 semaines et revenons juste du désert d’Atacama alors en termes de paysages de montagnes la barre est placée bien haut :).

 

Malgré tout, c’est un très bon point de départ pour visiter la partie nord du pays.

Commenter cet article