Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SVK Tour

Sur Mindoro, rien n'est joué d'avance

23 Février 2014, 17:37pm

Publié par Sandie & Slava

L’île de Mindoro, la suite, du 07 au 10 janvier

 

Ce matin, nous retrouvons nos compagnons, Mikkel et Ema, rencontrés la veille (voir article précèdent) et allons voir le bureau d’écotourisme. Le lonely planet indique qu’ils peuvent organiser des excursions à Apo Reef pour moins cher que le club de Pandan Island et l’Apo Reef Club qui se trouve près de Concepcion, à quelques kilomètres de Sablayan.

 

Sauf qu’une fois là-bas, nous apprenons qu’ils n’organisent pas du tout d’excursion à Apo Reef. Le personnel semble ne pas être au courant et ils nous conseillent d’aller voir sur Pandan island… Le plus bizarre, c’est qu’ils ont l’air d’avoir du matériel de plongée.

 

Bref, un peu déboussolés, nous leurs demandons d’appeler Pandan island resort. Le club nous annonce qu’ils n’ont pas de disponibilités pour Apo Reef avant 4 jours et qu’ils n’ont pas non plus de chambre libre avant 1 semaine ! L’office tente d’appeler l’Apo Reef club qui se trouve 20km plus loin mais n’arrive pas à les joindre. Nous repartons bredouille…

 

Nous ne nous attendions vraiment pas à ça. C’est censé être le plus beau site des philippines et il n’y aurait qu’un seul club dans le coin proposant d’y aller ?

 

En retournant à l’hôtel, nous apprenons qu’il y a peut-être  le « Sablayan Adventure Camp », qui organiserait des sorties sur le fameux site. Nous prenons, tous les 4, un tricycle pour y aller car ce n’est pas à côté (10 pesos/pers). Il s’agit d’un hôtel possédant quelques bungalows et chambres au bord de la rivière. L’endroit à l’air vraiment sympa mais c’est excentré et les bungalows sont un peu chers (800 pesos) pour le peu de confort qu’ils offrent.

 

L’hôtel organise effectivement des excursions mais ils ont déjà un groupe de 4 personnes pour le lendemain et n’ont que 6 combinaisons complètes. Ils viennent seulement de commencer cette activité. Etant donné que nous sommes 4, ils leurs en manque deux. Cependant, ils nous disent pouvoir peut-être en emprunter ailleurs.

 

Pour le guide de plongée, c’est bon, ils en ont deux. Par contre pour le bateau, on apprend après coup que l’on ne peut pas se joindre au groupe déjà formé, il nous faut un autre bateau, du coup le tarif augmente car le prix du bateau est à diviser entre les occupants. Le Lonely Planet, annonçait un prix entre 4000 et 5000 pesos tout compris en passant par le bureau d’écotourisme. Là, le prix annoncé au départ à 6665 pesos monte à 7790 pesos (130€ quand même)! C’est beaucoup plus que ce que nous avions prévu…

 

Le prix se décompose ainsi :

  • 9000 pesos pour le bateau pour 4, soit 2250 pesos par personne
  • 2040 pesos l’entrée sur le site d’Apo Reef (si on plonge, beaucoup moins pour du snorkling)
  • 2000 pesos l’équipement de plongée pour la journée
  • 300 pesos la bouteille d’air, donc 900 pesos pour 3 plongées
  • 800 pesos le guide par plongée pour le groupe de 4, soit 600 pesos par personne pour la journée

 

Nous demandons, à la gérante de l’hôtel, une remise pour le bateau mais ce n’est pas son bateau, il faut voir avec le propriétaire… Du coup, nous nous mettons d’accord pour se revoir en fin d’après-midi avec les guides de plongée et le propriétaire du bateau. Nous verrons également à ce moment-là s’ils ont pu récupérer les équipements manquants.

 

Nous retournons au centre-ville, pour retirer de l’argent pour la réservation de la plongée et prendre nos affaires, pour aller passer le reste de la journée sur Pandan Island, la petite ile en face de Sablayan.

 

Nous galérons comme jamais pour avoir du liquide ! Sur les 3 banques de la ville, seule une accepte les visas ! De plus, on ne peut retirer que 5 000 pesos par opération. Sachant qu’il y a 200 pesos de frais pour le moindre billet retiré … ça va faire cher l’opération car nous avons besoin d’au moins 15 000 pesos. Mais vu que nous sommes venus pour ça, nous retirons l’argent. Ce sont donc 600 pesos qui sont perdus à jamais !  Enfin c’est ce que nous avons cru. En réalité, nous apprendrons plus tard que ce n’était pas 200 pesos de frais mais 255 par retrait ! De la double taxe ! Nous nous sommes bien fait avoir sur ce coup-là, mais en même temps nous n’avions absolument aucun autre choix …

 

Une fois cette galère réglée nous prenons le bateau pour aller à Pandan island. La matinée est déjà finie et nous avons rendez-vous à 17h30 à l’Adventure Camp pour régler les derniers détails.

 

Après négociation, nous payons 700 pesos l’aller-retour en bangka pour nous quatre. Arrivés sur place, nous n’avons pas fini de nous faire plumer, il faut encore payer 150 pesos de droit d’entrée par personne !  

En bangka vers Pandan Island
En bangka vers Pandan Island
En bangka vers Pandan Island

En bangka vers Pandan Island

Heureusement l’endroit vaut le coup. Nous nous mettons à l’ombre des cocotiers et prenons masque et tuba pour aller voir les fonds marins. A peine rentré dans l’eau, Slava aperçoit déjà une énorme tortue ! Et ça ne sera pas la seule que nous verrons… Nous verrons de gros poissons anges, des raies, des poissons lions, une murène, un tricot rayé et plein d’autres poissons. C’est vraiment incroyable !

Sur Pandan Island
Sur Pandan Island
Sur Pandan Island

Sur Pandan Island

Vidéo du snorkeling sur Padan Island

La journée passe vite et il est déjà temps de reprendre le bateau.  Dommage que nous n’ayons pas eu plus de temps… Nous sommes très surpris de la ponctualité du bateau qui est venu nous chercher comme prévu à 17h. Il nous déposera directement chez Adventure Camp.

Retour au coucher du soleil
Retour au coucher du soleil
Retour au coucher du soleil
Retour au coucher du soleil

Retour au coucher du soleil

En arrivant, la propriétaire nous annonce d’abord une bonne nouvelle. Le propriétaire du bateau est d’accord pour baisser son prix à 8500 pesos. Par contre, la mauvaise c’est que nous n’avons toujours pas d’équipements. Ils attendent encore la confirmation d’un autre centre qui pourrait leur prêter le matériel.

 

Les coups de fils s’enchainent. Apparemment, ils ont le matériel et les bonnes tailles mais ils veulent nous faire payer 100 pesos de plus pour les transporter jusqu’ici ! Nous commençons à râler car nous en avons marre de voir le prix sans cesse augmenter.

 

Mais pour arranger tout le monde, nous proposons de tous partir directement depuis le centre où se trouve le matériel afin de ne pas payer les 100 pesos supplémentaire. La responsable trouve que c’est une bonne idée et semble d’accord. Au pire, elle nous dit que le capitaine du bateau pourrait aussi prendre le matériel au passage. Voilà, une chose de résolue.

 

En attendant la confirmation de l’autre centre, nous discutons avec le guide de plongée qui semble très sympa. C’est important d’avoir un bon contact avec son accompagnateur et là c’est le cas, nous lui faisons confiance.

 

Nouvel appel, nouvel imprévu ! La conversation dure un bon moment et nous ne comprenons pas trop ce qu’il se passe. Finalement, le centre ne veut pas louer son matériel ! Par contre, il veut bien nous vendre la prestation… Sauf que chez eux le bateau coûte 12000 pesos et le guide 1200 pesos ! Ca reviendra à plus de 9000 pesos par personne. C’est beaucoup trop cher ! Surtout que ça fait des heures qu’on essaye de tout arranger et tout négocier avec Adventure Camp, il nous manque juste l’équipement ! La responsable semble fatiguée de tout ça et n’est plus très disposés à nous trouver une solution.

 

Nous essayerons une dernière tentative en demandant si on peut partager l’équipement avec l’autre groupe. Pendant qu’ils plongent, nous nous reposons et quand ils se reposent pendant l’intervalle de surface, nous plongeons. L’idée semble bonne.

 

Sauf que la responsable n’est pas d’accord … Elle a peur que l’autre groupe refuse. On lui explique que si on partage le prix de l’équipement, ils paieront moins cher et devraient donc être content mais elle refuse de diminuer le prix. Qu’on partage ou pas l’équipement, tout le monde doit payer 2000 pesos. Elle finit par se braquer et refuse l’idée de partager l’équipement.

 

Nous ne pouvons donc pas plonger à Apo Reef ! Il est toujours possible de plonger dans deux jours mais nous ne pouvons pas car nous devons être à San Jose (tout au sud de l’île) pour prendre le seul bateau de la semaine allant à Coron ! Nous rentrerons donc nous coucher dégoutés d’avoir passés autant de temps et dépensé autant d’énergie pour n’aboutir à rien. Sans parler du temps perdu à la banque et des frais payés…

 

Pour information, sur Pandan Island, nous avions quand même vérifié les disponibilités pour plonger sur Apo Reef.  Ils étaient bien complet jusqu’au 11 janvier et le prix était de toute façon plus cher (9000 bateau + 1600 par plongée incluant l’air, l’équipement et le guide +2040 pesos d’entrée, soit 9090 pesos en tout).

 

Le lendemain, nous nous réveillons avec le triste sentiment d’être encore passé à côté de quelque chose… Nous envisageons des solutions un peu folles comme prendre l’avion à San Jose pour pouvoir rester un jour de plus et plonger à Apo Reef. Mais cela veut dire, retourner à Manille (seule liaison disponible) puis de là aller directement à Puerto Princessa sur l’île de Palawan, sans visiter Coron. Cela nous ennui un peu car l’endroit avait l’air sympathique. De plus, nous ne voulions pas perdre à nouveau la journée à tout programmer…

 

Au petit déjeuner, dans une dernière tentative, nous tentons d’appeler Adventure Camp pour savoir s’il y a toujours de la place pour le lendemain mais nous n’arrivons pas à les joindre. Si on se déplace pour aller les voir, nous allons encore perdre la matinée. Tant pis, nous laissons définitivement tomber Apo Reef. Il y a un moment donné où trop c’est trop et il faut arrêter de se prendre la tête car finalement on perd du temps.

 

Nous nous dirigeons à nouveau vers Pandan Island pour y passer la journée. Nous retrouvons Mikkel et Ema qui y vont aussi. Mikkel a un problème aux sinus, il ne peut donc pas plonger pour le moment… Nous passons à nouveau la journée à faire du snorkeling et nous reposer sur la plage. Nous rentrons le soir au coucher du soleil.

Des bogoces

Des bogoces

Pandan Island sous les dernières lueurs du jour
Pandan Island sous les dernières lueurs du jour

Pandan Island sous les dernières lueurs du jour

Après le diner, nous prenons une décision concernant nos jours restants aux Philippines. Ayant perdu beaucoup trop de temps dans les transports et après les quelques imprévus, nous décidons d’abandonner la visite de Manille et privilégions Palawan. Ce soir-là, nous achetons un billet d’avion pour rejoindre Manille en soirée. Notre avion retour, pour Kuala Lumpur, étant le lendemain matin très tôt.

 

Ce matin, nous nous dirigeons vers le terminal de bus pour rejoindre la ville de San Jose. On nous a dit qu’il y avait des bus toutes les heures mais apparemment c’est plutôt toutes les deux heures… Le prochain est dans une heure. Mais en se dirigeant vers un café internet, nous arrivons à attraper un van qui passait par là et qui va à San Jose pour le même prix que le bus public (140 pesos par personne).

 

Nous arrivons en ville 2 heures plus tard. Bien que la route ne soit pas très bonne, nous avons bien roulé.

 

Nous faisons le tour des hôtels et nous finissons par nous installer dans le plaza hôtel qui offre le meilleur rapport qualité/prix (400 pesos la chambre avec salle de bain privé). Nous sortons déjeuner et allons faire quelques courses. San Jose est une grande ville, il faut en profiter.

 

Au passage, la réceptionniste de l’hôtel nous confirme qu’il y a bien un bateau pour Coron demain (vendredi). Il est à 9h et part du port de Caminawit. Elle a l’air de savoir de quoi elle parle, ce qui nous rassure.

 

Nous faisons le plein de shampoing, dentifrice, vernis à ongle et produit à lentille (le mien s’étant vidé dans mon sac). Slava en profite même pour faire recoudre ses chaussures de marche qui se sont légèrement entrouverte sur le dessus. Pour seulement 40 pesos (0,60€), ses chaussures sont à nouveau étanches ! :)

 

A la boulangerie, nous sommes encore surpris de voir que la plupart des pâtisseries sont recouverte de fromage râpé ! Quelle idée !? Quand on leur demande pourquoi, les filles nous sourient en nous disant que c’est très bon… On achètera quand même une brioche mais on enlèvera le fromage dessus. :)

Une brioche au fromage râpé

Une brioche au fromage râpé

Nous allons ensuite passer l’après-midi à la plage d’Aroma qui est loin d’être la plus belle plage que l’on ait vu. Entre les galets et le sable noir, il y a plein de déchets qui trainent…

 

Nous marchons jusqu’au ponton pour manger notre pastèque fraîchement achetée sur le marché puis nous nous installons boire un coup près des nombreux bar-karaoké qui longent la plage. Les philippins en sont fans. En famille ou entre amis, grands chanteurs ou amateurs, tout le monde s’y met.

Aroma beach
Aroma beach
Aroma beach

Aroma beach

En sortant diner, Slava a comme un mauvais pressentiment et se dit qu’il faudrait qu’on revérifie les infos pour le bateau afin d’avoir une deuxième confirmation.

 

Nous essayons alors de demander aux gens dans les restaurants ou aux conducteurs de tricycle, s’ils savent à quelle heure est le bateau qui part pour Coron.

 

Là, commence l’une des pires soirées « flou » de notre voyage ! Nous avons droit à toutes les heures, 3h du matin, « non, non » dit une autre, c’est 4h du matin. Plus loin c’est 7h ou 9h. De l’autre côté de la rue c’est entre 10h et 11h…

 

Au final, personne n’a l’air de savoir à quelle heure part le bateau ! C’est quand même incroyable !? Le pire c’est qu’on nous annonce même des ports différents, les uns parlent de Caminawit et les autres de San Roque qui lui se trouve plus près du centre-ville !

 

Nous sommes complètement désemparés, c’est le flou total ! Nous ne pouvons vraiment pas louper ce bateau vu que c’est à priori le seul de la semaine. Mais pour cela, il faut que l’on soit sûr de l’heure et du lieu de départ.

 

C’est en demandant à droite, à gauche, que nous tombons sur Philip, un conducteur de tricycle qui souhaite nous aider. Pour cela, il nous propose de nous emmener au port de Caminawit pour voir si on trouve des infos. Pour y aller, il demande deux fois moins cher que les autres conducteurs de tricycles. Du coup on le suit.

 

Le port de Caminawit est à 4km du centre-ville. Nous arrivons là-bas, il fait nuit noire. Philip n’a pas l’air de savoir vraiment où aller. Il s’arrête à un premier endroit au bord de l’eau entre deux maisons sur pilotis, descend de la moto et cris sur un ton très énergique : « Coron Palawan » ?

 

Les locaux lui indiquent un autre endroit. Nous repartons pour aller une rue plus loin, Philip demande à tous les gens qu’il croise « Coron Palawan » ? « Coron Palawan » ? Personne n’a l’air de savoir s’il y a un bateau et encore moins à quelle il part. Nous hallucinons ! Est-ce que ce bateau existe vraiment ? Est-ce qu’on va pouvoir partir ou est-ce qu’on va rester coincés ici ? Au bout d’une bonne demi-heure d’allers et retours dans le coin, on finira par tomber sur un monsieur, nous expliquant que les trois ( !?)  bateaux qui font la traversée sont déjà à Coron et ne reviennent que demain après-midi ! Concernant le trajet dans l’autre sens, c’est plus incertain. Il dit qu’ils repartent à 14h ! Nous ne l’avons pas encore eu celui la …

 

Bref, Philip nous ramène au centre-ville et nous propose de continuer les recherches demain matin à 6h. Il nous montre même où il habite pour que l’on puisse venir le voir si on a besoin de lui.

 

Ce père de famille vit dans une maison délabrée et les enfants dorment à même le sol sur une natte. Il a été tellement adorable avec nous, à vouloir nous aider sans même nous soutirer de l’argent, que nous le payons le double du prix habituel et nous lui donnons rendez-vous demain matin pour continuer les recherches.

 

En rentrant à l’hôtel, nous redemandons, à tout hasard, des informations en expliquant que nous avons été à Caminawit et n’avons trouvé aucune information concernant le bateau.

 

La réceptionniste nous propose alors d’appeler le propriétaire du bateau. Celui-ci finira par lui dire que le bateau ne part pas vendredi mais samedi à 9h du matin de San Roque ! Nous sommes partagés entre la joie d’avoir enfin une information sûre et la déception de savoir qu’il ne part pas demain…

 

Le plus terrible dans cette histoire c’est que nous allons perdre un jour à ne rien faire alors que nous aurions pu attendre un jour à Sablayan et plonger à Apo Reef ! :(

 

Ayant déjà donné RDV à Philip, nous décidons quand même de nous lever le lendemain à 6h, pour vérifier s’il n’y aurait pas un autre bateau qui ferait la traversée.

 

Le lendemain, à 6h, pas de signe de Philip. Nous allons chez lui. Sa plus grande fille nous ouvre. Il ne nous a pas oubliés. Il enfile un tee-shirt propre et nous emmène au port de San Roque cette fois. Nous avons l’impression d’arriver dans un village de pécheur. Il y a plein de monde et des bateaux non loin de la plage sont en train d’être chargés. Cependant, il n’y a pas l’air d’avoir de bateau pour Coron. Philip nous emmène quelques rues plus loin et là nous tombons sur le « bureau officiel » du « Bunso boat » qui va à Coron. Il y a même un planning d’affiché.

 

Il y a deux bateaux qui font les traversés mais aucun d’eux ne part aujourd’hui, le prochain est bien demain. :(

Le planning du Bunso boat

Le planning du Bunso boat

On peut, néanmoins, acheter les billets là. Le prix est de 700 pesos pour les locaux et 900 pesos pour les étrangers. N’ayant pas d’argent avec nous, nous n’achetons rien. Nous reviendront plus tard mais au moins nous sommes sur qu’il part demain. Par contre, la fille du guichet nous dit qu’il part de Caminawit et pas d’ici ! Décidément, ce n’est pas clair cette histoire !

 

Nous retournons à l’hôtel et redemandons à la réceptionniste d’appeler le propriétaire pour vérifier le port de départ. En fait le port de départ est bien celui de Caminawit mais c’est à San Roque qu’il faut acheter les billets ! C’est d’un pratique !

 

Epuisés, nous allons nous coucher et nous levons vers 12h. Nous retournons à San Roque acheter nos billets. Nous y allons à pied cette fois car ce n’est pas très loin.

 

En chemin, nous croisons beaucoup d’enfants. Ils sont tous très souriants et viennent nous dire bonjour comme s’ils avaient envie de pratiquer leur anglais. Mais bien souvent, cela s’arrête à « Comment t’appelles-tu ? ». Nous profitons de cette journée pour aller sur Internet et poster un maximum d’articles sur notre blog. Nous avons accumulés beaucoup de retard en Nouvelle-Zélande et Australie, il faut donc essayer de rattraper tout ça.

 

Nous irons ensuite en fin de journée sur Aroma beach pour voir le coucher de soleil.

Avant et après la binouze
Avant et après la binouze

Avant et après la binouze

Coucher de soleil sur Aroma beach
Coucher de soleil sur Aroma beach

Coucher de soleil sur Aroma beach

Cette étape sur l’ile de Mindoro fut bien compliquée ! Entre la plongée à Apo Reef loupée et la galère pour trouver le bateau allant à Coron, nous en avons vu de toutes les couleurs. Cette partie de l’ile est finalement très peu touristique. Cela a des avantages car on est immergés dans la vie locale des philippins mais ça a aussi des inconvénients… Malgré tout, nous avons beaucoup apprécié Pandan Island et sa richesse sous-marine qui vaut vraiment le coup. De même, nous n’oublierons jamais l’incroyable rencontre avec Philip que nous avons faite à San Jose.

San Jose, la nuit tombée
San Jose, la nuit tombée
San Jose, la nuit tombée

San Jose, la nuit tombée

Commenter cet article

Maman 26/02/2014 09:09

Petite vidéo encore bien agréable des fonds sous marins de Padan Island ... Trop drôle sles poissons Lion ... !
Vous avez juste oublié un commentaire tout au début de la vidéo où on aperçoit "Une jolie sirène" qui passe très vite ..... ;-)
Bisous

Sandie & Slava 01/03/2014 03:55

Bon alors que l'on soit clair, ce n'est pas une sirène mais une crevette !!! :)
Non, mais :p